BINGO French Punk Exploitation 1978​-​1981

by Various

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      €6.99 EUR  or more

     

  • Record/Vinyl + Digital Album

    + printed undersleeve ( Sous pochette imprimée)

    Includes unlimited streaming of BINGO French Punk Exploitation 1978-1981 via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days

      €16 EUR or more 

     

  • Record/Vinyl + Digital Album

    PAINK french punk anthems 1978-1981 comp + BINGO comp

    Includes unlimited streaming of BINGO French Punk Exploitation 1978-1981 via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days

      €30 EUR or more 

     

  • Record/Vinyl + Digital Album

    PAINK comp + BINGO comp + OLIVENSTEINS

    Includes unlimited streaming of BINGO French Punk Exploitation 1978-1981 via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days

      €42 EUR or more 

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    + 36 pages Booklet

    Includes unlimited streaming of BINGO French Punk Exploitation 1978-1981 via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days

      €13 EUR or more 

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    various PAINK french punk anthems 1978-1981 + Various BINGO

    Includes unlimited streaming of BINGO French Punk Exploitation 1978-1981 via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days

      €24 EUR or more 

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Various PAINK french punk anthems 1978*1981 + BINGO comp + Les OLIVENSTEINS

    Includes unlimited streaming of BINGO French Punk Exploitation 1978-1981 via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days

      €33 EUR or more 

     

  • T-Shirt/Apparel + Digital Album

    Includes unlimited streaming of Basement dreams are the Bedroom Cream via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days

      €15 EUR or more 

     

  • T-Shirt/Apparel + Digital Album

    Includes unlimited streaming of CHÉBRAN - FRENCH BOOGIE 1980-1985 via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days

      €15 EUR or more 

     

  • Full Digital Discography

    Get all 91 Born Bad Records releases available on Bandcamp and save 70%.

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality downloads of LA PANTOUFLE, LA PASSAGERE, DISQUE LA RAYE - 60's French West Indies Boo-Boo-Galoo, BINGO French Punk Exploitation 1978-1981, CAN YOU VOTE FOR ME ?, COMPLETE WORKS 2003-2016 ( BOOK), ORDRE ET PROGRES, NO MERCY FOR LOVE, and 83 more. , and , .

      €165.11 EUR or more (70% OFF)

     

1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.

about

« Wam! Bam!

Mon chat, splatch
Gît sur mon lit
A bouffé sa langue
En buvant dans mon whisky
Quant à moi
Peu dormi, vidé, brimé
J’ai dû dormir dans la gouttière
Où j’ai eu un flash

Hou ! Hou ! Hou ! Hou !

Ca plane pour moi
Ca plane pour moi
Ca plane pour moi moi moi moi moi
Ca plane pour moi … »

Plastic Bertrand

La véritable grande escroquerie du rock and roll , c’est pas du côté des Pistols, enfin de Mac Laren et son film « The Great Rock and Roll Swindle » que vous la trouverez… c’est plutôt en Belgique qu’il faut la chercher, plus précisément chez Lou Deprijck et Yvan Lacomblez, deux bruxellois pur jus. Si leurs noms, là, tout de suite, ne vous disent rien, en revanche, il y a de fortes chances que vous vous soyez déjà trémoussés sur le hit interplanétaire dont ils sont les heureux (et depuis fortunés…) créateurs : “Ca plane pour moi”!

Ah si, en France, on avait bien eu « Les élucubrations » d’Antoine qui à sa manière avait été un tube gentiment transgressif… de mémoire de gaulois, on n’avait encore jamais connu un tel raz de marée. Mais là, on passe dans une autre catégorie ! “Ca plane pour moi” ? Morceau débile, interprète bidon… le canular déferle sur le monde et en quelques mois, c’est plus d’un million de 45 tours vendus rien qu’en France. Et ce qui est incroyable, c’est que ce hit va engendrer des reprises à la chaîne, pour devenir (quelle ironie!) un hymne punk universel : vous en pensez ce que vous voulez, mais c’est vraiment le hold up du siècle !

Un tel magot va susciter, bien entendu, des convoitises et créer pas mal de vocations chez nos compatriotes. La dérision qui est la marque de fabrique de ce titre va enfin créer la passerelle qui manquait entre le Punk originel, trop violent et crado, et le grand public qui va pouvoir y aller de son petit pogo du samedi soir. L’humour, une fois de plus, devient en France le subterfuge miracle pour s’imposer auprès d’un public apeuré car si l’on n’aime pas trop le rock and roll en France, on adore depuis toujours la gaudriole.

Une formule qui avait déjà fait ses preuves. On se souvient ainsi de l’arrivée du rock and roll en France (en 1957) grâce à Boris Vian, Henri Salvador et Michel Legrand. Leur fameux et gaguesque « Rock and Roll mops » posait déjà les bases de cette équation ( pour aller plus loin, consultez donc la compil Rock Rock Rock sortie sur Born Bad) : Blague + Rock and Roll + dérision = succès.

Les gros labels avaient bien essayé de produire des groupes punks en France, (Polydor, les plus audacieux, avait ainsi signé coup sur coup les Stinky Toys et les Guilty Razors) mais ce furent d’énormes échecs commerciaux qui finirent par refroidir toute la profession.

Mais devant l’énorme succès de Mister Bertrand, ces gros labels pensent avoir compris comment ça marche. Et très vite les éditeurs et les majors veulent toutes leur tube Punk. De Barclay à RCA en passant par Polydor, toutes se découvrent ainsi une passion pour le Punk et veulent leur « Ca plane pour moi » à elles.

Les directeurs artistiques des gros labels et les éditeurs convient ainsi à la curée tous leurs producteurs, compositeurs et auteurs aguerris : arrangements foutraques, paroles débiles et caricaturales, c’est la surenchère. Tout est bon pour être plus Punk que Punk et tant pis si on flirte en permanence avec le grotesque et le ridicule puisqu’on est là pour se marrer (et faire du pognon, bordel !)

S’ensuit une flopée de disques de Punk-novelty sans précédent. Même André Verchuren y va de sa reprise survoltée à l’accordéon de « Ca plane pour moi », c’est vous dire !

Evidemment, la plupart de ces canulars punks sont bien pourris, bien dégueulasses mais dans le lot, il faut bien le reconnaître, quelques titres tranchent. Sans renouer avec le succès de « Ca plane pour moi », certains titres sont parfois très inspirés voire (soyons Punk…) plus créatifs que les chansons qu’ils détournent et singent.

Alors comme dirait Pierô qui ouvre la compil : « Salut les mecs, vos guitares sont bien désaccordées, aujourd’hui on va faire du PUNK ! et en avant la machine infernale. Ein, Zwei, Drei quattro …»

PIERO « QUELLE EPOQUE EPIQUE ET PUNK ( 1978)

En ce temps là, un certain Philippe Bouvard organise, dans le cadre de son émission télé “Bouvard en liberté”, un festival de la “Chanson idiote”. Pierre Lasne (notre Pierô), qui joue dans l’orchestre de baloche Arc K en Ciel envoie à Bouvard un disque avec le morceau “Les oiseaux” réalisé à compte d’auteur sous l’étrange label Tromblas : “Tromblas les disques qui ne s’usent que si l’on s’en lasse !”

Bouvard est séduit par cette gauloiserie et invite Pierô à venir l’interpréter sur le plateau, accompagné par l’orchestre de Michel Colombier. Il casse la baraque et remporte la première place de ce Festival devant un certain William Sheller… dépité !

Écoutant les recommandations de Philippe Bouvard qui lui conseille de poursuivre dans cette direction, Pierre quitte son orchestre de danse, et passe au studio de son ami Guy Simon à Montpellier pour enregistrer les maquettes d’une dizaine de chansons “loufoques” qui dormaient dans ses tiroirs. Il s’assure les services des meilleurs musiciens du sud de la France et l’enregistrement terminé, avec son ami Trombine, il monte à Paris proposer ses oeuvres. Ils vont se faire recaler de partout mais avant de retourner à Sète, Pierre Lasne laisse encore quelques bandes à la réception de quelques boîtes de disques où il n’avait pu obtenir de rendez-vous – comme autant de bouteilles à la mer. Les mois passent, jusqu’à ce que des amis lui signalent qu’un de ses morceaux “Non je ne mangerai pas ma bouillie” passe tous les soirs dans l’émission de Gérard Klein sur RMC. Incrédule, Pierô écoute l’émission et l’appel de Klein qui cherche à retrouver l’auteur de ce désopilant morceau. Piero le contacte et Klein lui explique que c’est son ami le Directeur Artistique de Barclay, jean-Louis Licard dit “La lique” qui lui a fait découvrir ce morceau que Pierô avait laissé à l’accueil en oubliant d’y laisser ses coordonnées.

Quinze jours plus tard, Pierre Lasne fait ainsi une entrée triomphale chez Barclay et signe un contrat d’artiste de cinq ans sous le pseudonyme de Pierô, un contrat d’édition avec Eddy Barclay et de sous-édition avec Eddy Mitchell (en novembre 1976). En juillet 1977 sortent ainsi simultanément un 30 cm 33 tours, et un 45 tours extrait de cet album avec deux titres phares “Ca me regarde” en face A et le désormais fameux “Non je ne mangerai pas ma bouillie” en face B.

A partir de là, s’ensuit une période plutôt faste. Il écrit des chansons, produit d’autres artistes, et monte un spectacle : “L’infarcissable Pierô show” qui se produit dans tous les Cabarets, théâtres, Cafés-théâtres, plateaux de télé de France et de Navarre.

Barclay demande à Pierô d’écrire une chanson “rigolote” pour Annie Cordy. Il écrit “La Recette du Tube Disco”. Mais Barclay en écoutant la maquette lui suggère plutôt de l’interpréter lui-même. Le disque sort et marche plutôt bien. Pas suffisamment néanmoins pour la direction qui lui rend son contrat.

Piero monte alors son propre label en association avec Guy Simon: Productions Village. On est en 1979 et il produit l’opportuniste 45 tours “Quelle époque épique et punk !” et “J’ai un baobab dans la main” qu’il licencie chez WEA et un second 45t “Cabinet village” et “Mon Île aux trésors” chez Lyrion. Les deux disques sont des flops… Un Album, “Je pense donc je ris”, sera également produit par les productions Village, mais ne sera jamais commercialisé.


GÉRARD BOLE DU CHAUMONT “ C’EST LA DÉFONCE” (1980)

Né à Besançon, Gérard part dans le midi rejoindre Robert Wood, le Jimmy Hendrix du vibraphone, pour jouer du rock progressif. Avec ses amis il monte plusieurs groupes dans l’esprit du Magic Circus dont le groupe “Douglas Meuch et son Cafignon magique”. A la fin d’un de leur concert, il rencontre les gars d’Etron Fou Leloublanc qui lui demandent de remplacer leur saxophoniste sur le départ. Gérard tourne ainsi avec eux pendant 2 ans dans les circuits alternatifs et vit de l’intérieur l’expérience du mouvement RIO (“Rock in Opposition” 1976-1977)

Du coup, il traîne avec toute la scène prog de l’époque (Art Zoyd, Soft machine, Richard Pinhas, etc…) avant de ressentir une certaine lassitude face à tant de radicalité. Trop de kilomètres parcourus et trop peu d’argent auront raison de sa motivation… Il se lasse de cette vie précaire.

Il veut alors monter un studio pour produire des groupes à Morteau et pour cela a besoin d’argent. C’est ainsi que l’idée de faire un coup mûrit. Avec son ami, Fernand Mathias, il commence ainsi à bosser sur un faux morceau disco- punk pour surfer sur l’air du temps. Ils partent ainsi enregistrer 5 morceaux à Zurich avec la ferme intention de faire un tube… idiot!

Ainsi naît “C’est la défonce” qui fait mouche même si le terme “défonce ‘ n’a pas encore la connotation que nous lui connaissons aujourd’hui.

Revenu sur Paris, ils font écouter les morceaux à Gérard Baquet, le directeur artistique de chez Phillips. Ce dernier est enthousiaste et leur achète les bandes pour 40 000 francs de l’époque.

Le 45 tours sort en février 1980, le même jour que “Rapper’s Delight” de Sugarhil Gang et le “ Oh Gaby” de Bashung… autant dire que le morceau de Gérard passe à la trappe!

Le disque est un flop, et Philips lui rend son contrat. Il ira bien chez Barclay sortir un autre disque humoristique, une reprise de “L’opportuniste “ de Jacques Dutronc mais sans davantage de succès.

Lassé de ces échecs à répétition, Gérard change son fusils d’épaule, et co-écrit avec sa petite amie Lola Semonin la pièce de théâtre “ La Madeleine Proust” qui va cartonner et sera jouée presque 10 ans. Gérard est depuis comédien et multiplie les rôles au cinéma (Uranus, Lucie Aubrac, etc) et à la télévision.

GEIGER “JE SUIS PUNKY” ( 1978)

Véritable disque de commande de Barclay à Plein sud, une boite de production marseillaise, le projet Geiger orchestré par le producteur Gérard Tempesti sera lui aussi un véritable flop (c’est un peu la marque de fabrique de tous ces disques me direz-vous…). Enregistré en à peine une journée, sans même que les auteurs aient rencontré l’étrange chanteur androgyne ( un mélange entre Ziggy Stardust et Plastic Bertrand) censé incarner le projet. Le disque sortira dans le plus grand anonymat. Le titre phare, une reprise de “Je ne suis pas bien portant” de Gaston Ouvrard (1934) ne sauvera pas du naufrage cet opportuniste “Je suis punky”

Si Geiger est un flop, Gérard Tempesti décrochera quelques années plus tard la timbale avec Bezu. À à à la queue leu-leu, à à à la queue leu leu… Après tout, 100% des gagnants ont tenté leur chance !


SODA FRAISE “ CA BAIGNE DANS L’HUILE” (1980)

Didier Bottier à 24 ans quand “Ca plane pour moi’ sort. Déjà trop vieux pour faire du Punk au premier degré, il reste fasciné par le triomphe de ce tube improbable et veut s’engouffrer dans la brèche ainsi ouverte.

Il maquette rapidement quelques morceaux et part démarcher les gros labels. Son projet s’appelle alors Coca Fraise. Phillips est de suite enthousiaste et signe le projet de Didier pour un 45 tours avec une option pour un album si le 45 tours vends plus de 20 000 exemplaires.

Les morceaux sont enregistrés au studio Davoux, et Denis Hekinian, le directeur artistique de Philips exige d’être crédité en lieu et place de Didier qui est le véritable auteur des morceaux (C’est pas joli joli ça Denis !).

Sous la pression de Coca Cola, le projet est rebaptisé Soda Fraise et Coca Cola pour les remercier d’avoir été aussi conciliants paiera les affiches de concert.

Le 45 tours qui couple “ Ca baigne dans l’huile” et “Rock N’ Roll’s” sort ainsi début 80. Pour faire la promotion du 45 tours, Soda Fraise va jouer au Midem et faire quelques dates, mais sans succès.

Phillips lui rend son contrat, et Didier rebondit grâce à Pathé Marconi qui lui commande un morceau de Ska, ces derniers cherchant leur Madness français. Didier crée ainsi le faux groupe Vodska et sort le 45 tours “ L’espion qui venait du ska” mais quand ça ne veut pas… ben ça ne veut pas, et le disque est de nouveau un échec.

Didier devient alors ingénieur du son à la Maison de la Radio, puis part s’installer en Corse où il animera des émissions à radio Frequenza Mora pendant des années.

SUBLIME DELUXE “ DONNE MOI TON CORPS JUSTE POUR LE SPORT” – “CHOSE MOLLE” ( 1979)

Admirateur d’Elvis Presley pendant son enfance, Claude Puterflam découvre les vedettes de la chanson anglo-saxonne dans les programmes nocturnes de Radio Luxembourg. Il commence sa carrière musicale chez Vogue dans les années 1960, en même temps que son ami Jacques Dutronc. Son premier 45 tours “Tu ne m’as pas cru” sort le même jour que “Et moi, et moi, et moi” de Dutronc, sur laquelle Puterflam joue du tambourin. Superbe idée : Dutronc 1 – Puterflam 0.

Claude rencontre alors Jean-Pierre Alarcen qui joue dans le Système Crapoutchick et qui vient avec son groupe renforcer la section rythmique de Dutronc en concert. Claude dont la carrière est en berne adore les morceaux du Système Crapoutchik et se propose de les produire. C’est ainsi que Claude fonde son prope label Flamophone (Un jeu de mot inspiré de Parlophone (qu’il adore pour avoir les Beatles à leur catalogue) et de son nom Puterflam).

Il sort ainsi coup sur coup deux albums “Aussi loin que je me souvienne” (1969), et “Flop” (1970. Une compilation en réalité de tous leurs singles remixés en stéréo) mais sans succès.

Il sort aussi les albums de Ilous et Decuyper, chefs d’oeuvre de pop à la française qui mériteraient d’avoir davantage de reconnaissance.

Il faut attendre 1972 pour que Claude Puterflam connaisse son plus grand succès commercial avec son 45 tours Gwendolina, pastiche de doo-wop fifties, qui se vend à 300 000 exemplaires.

Fort de ce magot, et lassé d’être tributaire de différents studios et notamment du studio Vogue, Claude décide alors pour être totalement autonome de fonder le studio Gang, en1972. Pour essuyer les plâtres, il produit un troisième et ultime album du Systeme Crapoutchick sans davantage de reconnaissance (1975).

Pourtant le succès va rapidement arriver. Michel Berger, son ami, sera le premier à venir produire ses albums chez lui et notamment ceux avec France Gall. C’est un triomphe immédiat, un succès qui va faire la renommée du studio et le rendre incontournable. Presque tous les grands disques de variété française des années 80 seront ainsi produit chez Gang, de Jean-Jacques Goldman à Vanessa Paradis.

Pour ce qui est de Sublime Deluxe, Claude est admiratif et envieux du succès de “Ca plane pour moi” qu’il trouve audacieux et hilarant. Il aime l’idée que tout soit bidonné et que ce morceau soit né exclusivement de l’esprit de producteurs inspirés. Il réunit quelques amis musiciens, que des cadors (Jean Schultheiss à la batterie, Christian Padovan a la basse, et Patrick Tison à la guitare) et enregistre deux morceaux “Chose Molle”, une adaptation du “Wild Things” des Troggs et “Donne moi ton corps juste pour le sport”. Avec ses bandes sous le bras, Claude part chez Warner dont les directeurs artistiques sont enthousiastes et sortent aussitôt le 45 tours. Evidemment…un bide !

Claude Puterflam renouera avec le succès en produisant “Confidence pour Confidence” de Jean Schultheis (1981) puis “Les divas du Dancing” de Philippe Cataldo (1986)


BULLDOZER “ J’SUIS PUNK” ( 1978)

En 1976, Gerard Pisani vient de quitter Martin Circus,

Fort du succès de “Je m’éclate au Sénégal” qu’il a écrit, il signe en solo contre une énorme avance chez Phonogram son single “Sidney”. Contre toute attente, le disque fait un flop et Gérard se retrouve prisonnier de ses dettes et de cette encombrante avance qu’il doit désormais rembourser.

Il est dans l’impasse, pour rebondir et court circuiter Phonogram, Gérard se rebaptise Gerry Zipanar ( Anagramme de son vrai nom) et lance le projet Bulldozer en rupture totale avec ce qu’il faisait auparavant.

C’est le magazine Actuel, premier journal de Free press à la française, de Jean-François Bizot qui lui sert d’inspiration et non “Ca plane pour moi” qu’il considère trop gadget et inoffensif. Gérard souhaite quelque chose de davantage outrancier et subversif. Il désire faire un album punk qui tourne en dérision le folklore punk qu’il trouve grotesque.

Il va chez sa soeur et enregistre à la guitare sèche tout un album puis démarche les labels. Chez RCA, le directeur artistique Bob Socquet est séduit et décide de sortir aussitôt unn album. Le disque est enregistré en 36 heures, arrangements inclus, par une bande de jeunes musiciens choisis par Gérard qu’il a baptisé de pseudonymes débiles (Emile Lulu Palfium, Jérôme Boche, Lolita Carabine, René Moulinot) pour authentifier davantage le projet.

Des chants nazis ( provocation oblige !) ouvre J’suis punk, et le riff de guitare reprends le gimmick joué à l’envers de Satisfaction des Rolling Stones.

L’album sort et il est plutôt bien accueilli. Beaucoup de médias suivent le projet qu’ils trouvent hilarant mais dans les milieux punks le succès tout relatif et opportuniste de ce disque ulcère. Lors de l’un des rares concert du groupe au Gibus, les punks viennent leur cracher à la gueule et leur balancer de la bière estimant qu’ils ne sont pas légitimes…

Quoiqu’il en soit l’album a suffisamment bien marché pour que RCA accepte d’en sortir un second. Gérard décide alors de mieux le produire, de conserver une certaine virulence dans les textes mais moins dans la musique pensant que le public le suivra. Mais ce n’est plus du punk, et le public boude ce nouvel album intitulé des “Gamelles et des bidons” (1979). L’échec de l’album marque la fin de l’épopée Bulldozer et Gérard Pisani va se consacrer à d’autres projets (Belle Planête, etc…) mais c’est une autre histoire.

LES MARYLENES “LE BEAU TETARD SUR SON CIGARE” ( 1978)

Lors de la sortie par Martin Circus, du titre Ma-ry-lène, qui deviendra le tube énorme que l’on sait, quatre jeunes danseuses accompagnent les membres du groupe lors de leurs représentations. Celles-ci, naturellement rebaptisées “Les Marylènes” ont été recrutées dans leur bande d’amies, et se prénomment respectivement Graziella, Pascale, Corinne, et Françoise (remplacée peu après par Dominique). Les Martin Circus composeront des morceaux pour certaines d’entre elle, et notamment ce 45t “Le beau têtard sur son cigare” ici compilé.

GÉRARD DEPARDIEU “ LA P’TITE AGATHE” 1980

Le groupe Bijou projette de faire figurer sur leur second album “ OK carole” (1978) leur reprise des “Papillons noirs” de Michèle Arnaud, un morceau écrit et composé par Serge Gainsbourg. Fan de la première heure, le groupe ne se démonte pas et demande à Gainsbourg de venir en studio faire un duo avec eux comme sur la version originale du titre.

Serge qui est un peu dans le creux de la vague se prête au jeu avec plaisir. Le morceau est mis en boîte. Lui qui n’a plus fait de scène depuis des années, accepte même de venir interpréter le morceau à la télévision et en concerts. Il découvre ravie qu’il peut encore plaire à un public plus jeune. Il compose même en forme de remerciement pour ce bain de jouvence un morceau pour le groupe “Betty jane rose” qui sortira en 45 tours fin 78.

Peu de temps après, “Aux armes et Caetera” sort (1979), et c’est enfin le succès commercial tant attendu pour Gainsbourg qui ne cessera de penser que les Bijou lui ont porté chance.

Gainsbourg toujours reconnaissant filera de nouveau un coup de main au groupe en les plaçant dans le film “Tapage Nocturne” de Catherine Breillat (1979) où ils interprètent la BO et font une apparition.

Gainsbourg enchaine avec le tournage de “Je vous aime “ de Claude Berri (1980) au générique duquel figurent Depardieu, Deneuve et Trintignant. Il parvient de nouveau à placer Bijou pour faire de la figuration. Dans une scène tournée au Bus palladium, ces derniers jouent le backing band de Depardieu qui interprète le tonitruant “La Petite agathe” ici compilé. Si Bijou incarne bien le groupe sur scène dans le film, en studio, en revanche pour l’enregistrement de la Bande Originale, ces derniers ne feront que les choeurs, et Vincent Palmer (chanteur et guitariste de Bijou) quelques solos de guitare sur le morceau.


TOO MUCH – “SILEX PISTOLS” (1978)

Yvan Lacomblez dit Pipou, l’auteur de “Ca plane pour moi” est en boite de nuit aux Canotiers à Bruxelles en train de picoler bien gentiment lorsqu’il tombe sur deux gamines marrantes, imper fluo et pistolets à eau en train de foutre le bordel dans le club. Séduit par les deux jeunes filles et leurs provocations, il leur propose de sortir un disque. Le 45t est rapidement mis en boite, et le morceau Silex Pistols de la face A est un clin d’œil aux Sex Pistols bien entendu et aux pistolets à eau qui avait attiré l’attention de Pipou. La Face B “ Photo photo” renvoie quant à elle aux études de photographie que les filles sont en train de suivre. Fort de son succès avec “Ca plane pour moi”, Yvan Lacomblez n’a aucun souci pour faire signer rapidement le disque chez Pathé, qui sort les grands moyens. Le label fait ainsi une mise en place de 15 000 exemplaires du disque qui marchouille suffisamment pour projeter d’en sortir un second. Les deux jeunes filles étant mineures, les parents ne voient pas forcement d’un très bon œil la direction que semble prendre leur progéniture. Ils trainent des pieds pour signer les contrats, multiplient les allers-retours avec les avocats du label tant et si bien que le projet tombe à l’eau. RIP Too Much !

credits

released May 26, 2017

« Mon chat, splatch
Gît sur mon lit
A bouffé sa langue
En buvant dans mon whisky
Quant à moi
Peu dormi, vidé, brimé
J’ai dû dormir dans la gouttière
Où j’ai eu un flash

Hou ! Hou ! Hou ! Hou !
Ça plane pour moi
Ça plane pour moi
Ça plane pour moi moi moi moi moi
Ça plane pour moi … »
Plastic Bertrand

The real, great rock 'n' roll swindle? Don't look for it in the Pistols, well, in Mac Laren' movie The Great Rock 'n' Roll Swindle... you'd better search Belgium, and more specifically somewhere near Lou Deprijck and Yvan Lacomblez, two born-and-bred “Brusselians”. If their names don't ring a bell at first glance, you've most likely already wiggled to the interplanetary hit which brought them fortune (in every way): “Ça plane pour moi”!
Oh yeah, France already had Antoine's “Élucubrations”, a mildly transgressive hit in its own way... and an unprecedented landslide in Gallic memory. But this time, another category was tackled! “Ca plane pour moi”? A moronic song by a crappy singer... The prank swept through the world and within a few months, no less than one million 45s were sold just in France. And the incredible part is that it was to spawn a mass-produced bunch of cover versions, finally becoming – how ironic – a universal punk anthem: think what you will, it IS the hold-up of the century!
Of course, such a cash cow would arouse envy and create quite a few vocations among our fellow countrymen. The song's trademark derision was finally about to bridge the missing link between original punk – too violent, too dirty – and the general public eager to enjoy a little Saturday-night pogo. Once more, humor became the magic bullet to conquer a frightened audience: even though the French aren't exactly fond of rock'n'roll, they've always loved a good laugh.
The formula had already proved successful. Remember the arrival of rock'n'roll in France (1957) through Boris Vian, Henri Salvador and Michel Legrand. Their famous, jokey “Rock and Roll-Mops” already laid the foundations for the same equation (refer to Born Bad's Rock Rock Rock comp for a deeper look): joke + rock'n'roll + derision = success.
The big labels sure did try to produce punk bands in France – Polydor, the most daring one, signed up the Stinky Toys and the Guilty Razors in a row – but only to result in huge commercial failures which ended up discouraging the entire profession.
But in the face of Mr. Bertrand's huge success, those big labels thought they got how it works. Very soon, music publishers and majors all wanted a punk hit. From Barclay to RCA to Polydor, all discovered a passion for punk and wanted their own “Ça plane pour moi”.
So A&R executives from big labels and publishers brought all of their seasoned producers, composers and lyricists into the stampede: eccentric arrangements, daft and stereotyped lyrics – one-upmanship was the rule. Anything served as a pretext to be punker than punk – who cares if grotesqueness and ridiculousness were constantly flirted with, what we want is good laugh (and a shitload of cash!).
An unprecedented bunch of punk-novelty records followed. Even André Verchuren had his own unbridled accordion cover version of “Ça plane pour moi” – that's saying something!
Sure, most of these punk hoaxes are real lousy, real shitty but one must admit that some numbers stand out of the crowd. While they didn't reach the success of “Ça plane pour moi”, some, here and there, were really inspired and – let's be punk – even more creative than the songs they hijacked and mimicked.
So, as would say Pierô who opens the comp: “Hey guys, got your guitars out of tune? let's play PUNK today! and start up the infernal machine. Ein, Zwei, Drei quattro...”

license

all rights reserved

tags