CHEBRAN French Boogie 1981​-​1987 volume 2

by various

/
  • Digital Album
    Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €7 EUR  or more

    You own this

     

  • Record/Vinyl + Digital Album

    + insert (french/english )
    + download code

    Includes unlimited streaming of CHEBRAN French Boogie 1981-1987 volume 2 via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days
    Purchasable with gift card

      €22 EUR or more 

    You own this  

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    + 16 pages booklet ( English + french)

    Includes unlimited streaming of CHEBRAN French Boogie 1981-1987 volume 2 via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days
    Purchasable with gift card

      €14 EUR or more 

    You own this  

     

  • T-Shirt/Apparel + Digital Album

    Includes unlimited streaming of CHÉBRAN - FRENCH BOOGIE 1980-1985 via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days
    Purchasable with gift card

      €15 EUR or more 

    You own this  

     

  • T-Shirt/Apparel + Digital Album

    Includes unlimited streaming of CHÉBRAN - FRENCH BOOGIE 1980-1985 via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days
    Purchasable with gift card

      €15 EUR or more 

    You own this  

     

1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.

about

ENGLISH TEXTE BELOW

“Réussir sa vie c'est croire en l'instant où tout est magie, où tu es géant, réussir sa vie c'est traverser un océan sans savoir pourquoi ni pour qui, à l'aventure, tout simplement” Bernard Tapie

Dans les années 80, les français n’ont pas froid aux yeux : quand certains se lancent à corps perdu dans la musique ou le business, d’autres vont jusqu’à enlever le haut puis le bas pour se faire remarquer... Si Bernard Tapie comprend rapidement que sa fortune se trouve plutôt dans les affaires, de nombreux rêveurs mélomanes s’imaginent déjà sous le soleil, dans un monde enchanteur fait de rythmes funkys et de synthétiseurs.

Pendant que le Front National se développe dans l’ombre de François Mitterrand, ils métissent le funk New Yorkais de sonorités électroniques, orientales ou africaines. Souvent adeptes de la “farce tranquille” initiée par les radios libres nouvelles, ces musiciens issus de tous les milieux cherchent l’argent facile dont on leur parle tant. Avec leurs arrangements à la croisée des genres, leurs paroles souvent scandées, ils font honneur à la génération Touche Pas À Mon Pote et dessinent sans le savoir les prémices de la culture urbaine contemporaine en France.
Il faut dire que la période est propice aux mélanges en tous genres : suite à l’arrivée de la gauche au pouvoir, de nombreux sans-papiers viennent d’être régularisés et les cultures du Sud sont à la mode dans tous les milieux. Alors que les français admirent la ”beauté sauvage” de Grace Jones dans les publicités de Jean Paul Goude, ils profitent de leur cinquième semaine de vacances fraîchement acquise pour se basaner sur les plages du Maghreb. Suivant l’exemple de The Clash, punks et rockers se convertissent au reggae et les radios libres nouvelles élargissent leur programmation aux “musiques du monde”. L’influence est telle que dans la boîte parisienne sélect’ du Keur Semba, les politiciens de tous bords viennent magouiller discrètement l’avenir de la Françafrique sur fond de disco et de tubes exotiques...
À l’autre bout de la pyramide, ce sont les vagues successives d’immigration qui enrichissent la France d’une bien meilleure manière. Avec l’essor des MJC, la pratique d’un instrument de musique devient accessible aux milieux modestes et suscite de nouvelles formations. Pour ces mélomanes souvent nés en France et pourtant déracinés, ce moyen d’expression résonne avant tout comme une volonté de s’intégrer tout en revendiquant leur héritage culturel. Pour ceux qui viennent à leur rencontre, c’est une formidable oasis d’influences nouvelles susceptibles de plaire à un plus large public.
Entre esprit de gaudriole et espoirs communautaires, les musiciens de cette scène singulière n’ont probablement pas réussi leur vie au sens où Bernard Tapie l’entend. Cependant, leurs recherches ne laissent aucun doute : en facilitant l’essor d’une nouvelle culture hybride dont sera notamment issu le hiphop français, ces artistes méconnus sont bel et bien partis à l’aventure, tout simplement.


Soleil soleil

Depuis les années 60, de nombreux établissements à destination de la communauté maghrébine sont apparus aux quatre coins de la France. Dans ces bars et discothèques que les aînés imaginent souvent comme des lieux de perdition, les 45 tours orientaux du bled comme les productions locales combinant raï, funk franchouillard ou proto-hiphop sont diffusés. Grâce au support cassette, les nouveaux morceaux circulent entre Paris, Lille, Strasbourg, Marseille et bien d’autres agglomérations, principalement dans les milieux ouvriers. Les artistes qui y sont compilés forgent petit à petit un style original où se confondent sur une même bande le son de leurs origines et celui de leur pays d’accueil.
Plaque tournante de ces productions métissées, la ville de Lyon comprend de nombreux labels comme l’Étoile Verte, Mosquito, SEDICAV, Mérabet, Bouarfa ou El Bahia. Cette scène particulièrement prolixe s’ouvre peu à peu à de nouveaux publics : Nordine Staifi ou Shams Dinn s’illustrent sur vinyl et Carte De Séjour est repéré par le DJ anglais John Peel... Mené par Rachid Taha, ce groupe de rock arabe s’amourache même de la Douce France de Charles Trenet. Teinté de chaleureuses sonorités orientales et d’une pointe d’ironie, leur reprise se voit alors bêtement censurée en France.
Ailleurs pourtant, d’autres mains se tendent entre nouveaux arrivants et français “d’origine”. A Rouen, c’est Bernard Guégan, animateur culturel dans un centre d’insertion professionnelle qui initie de jeunes beurettes au rap en vue d’un concours organisé par un magazine. Repérée grâce à Vally du duo de stars Chagrin d’Amour, la troupe est mise en boîte par le producteur Slim Pezin sous le nom d’Ettika. Malgré quelques coups de projecteurs médiatiques, rien n’y fait : ce single trop métissé pour l’époque n’est hélas pas l’ascenceur social escompté pour sortir du ghetto les quatre adolescentes qui le portent… Mélangeant français et arabe au sein d’une même mélodie synthétique, ce morceau est un souvenir touchant des balbutiements du hiphop français, loin de la misogynie et de la violence qu’on lui connaît parfois aujourd’hui.







Radio je t’aime

Avec l’essor des radios libres tout juste autorisées par le gouvernement de François Mitterrand, les ondes reflètent mieux que jamais toute la diversité des musiques en France. Des genres jusque là méconnus venus d’Afrique ou des îles prennent place dans l’émission Sonomundial de Radio Nova. Sur Carbone 14, l’animateur Phil Barney s’essaie au parlé chanté entre deux morceaux de funk américain et les derniers tubes en provenance du Maghreb font la joie des auditeurs de Radio Beur. De nombreux concours font également émerger de nouvelles starlettes comme Marie José Fa ou Ettika tandis que sur les antennes plus confidentielles, une foule d’auto-productions (Creole Star, Manu…) est diffusée à un cercle d’initiés.
Cette vive émulation n’échappe évidemment pas aux requins de studio de l’époque qui assaisonnent tout et n’importe quoi d’une petite touche exotique pour stimuler les ventes. C’est ainsi également que persévèrent certains vieux routiers du groove qui signent pour eux-même ou pour d’autres quelques belles productions d’époque.

Slim Pezin (Ettika)
Déjà renommé sur le créneau disco-funk grâce aux disques d’Arpadys ou de Voyage dont il est membre, Slim Pezin est l’un des arrangeurs phares du Tout Paris des années 70 et 80 (Claude François, Mylène Farmer, Johnny Hallyday…). Par ailleurs, il compose de nombreux morceaux d’illustration sonore pour les labels Telemusic ou CBS. Marié à une camerounaise, ami de Manu Dibongo et de Bernard Estardy, cet homme de studio chevronné a le goût pour le groove et les sonorités afros. Au début des années 80, il lance la carrière du groupe Kassav’ et signe notamment la production des titres de Chagrin d’Amour ou d’Ettika.


Sammy Massamba
Véritable icône de la musique congolaise, Sammy Massamba a commencé sa carrière dans les années 60 au sein du groupe vocal protestant Les Cheveux Crépus. Par la suite initié à la guitare, ce touche à tout intègre rapidement des influences rumba, afro-funk ou même disco dans ses compositions. Souvent demandé pour la qualité de son jeu dans les studios parisiens des années 70, il est l’auteur de nombreux tubes afros dont le plus célèbre est “Propriété Privée”.

JM Black
Avec un oncle directeur de radio et un cousin bassiste d’exception (Vicky Edimo), ce camerounais originaire de Douala baigne depuis sa plus tendre enfance dans la musique. Arrivé en France au début des années 80 pour faire ses études, il fait ses armes au sein du groupe Overdrive en compagnie des frères Accardo. Surnommés les “Petits Américains” tant leurs productions font écho à celles de New York, ils sortent un premier 45 tours funky et tournent partout en France avant de se séparer pour vivre d’autres aventures. Lancé en 1984 alors que la mode est déjà au breakdance, le “Lipstick” coloré de JM Black passe hélas inaperçu… Jusqu’à aujourd’hui !


Philippe Chany
En compagnie de Phil Krootchey et Fred Versailles, le jeune Philippe Chany fonde en 1981 le groupe de funk électronique Love International sur lequel chante notamment son vieil ami de lycée, Alain Chabat. Partageant avec ce dernier un goût pour l’humour potache, il compose de nombreux musiques et jingles pour le groupe Canal+ (Les Nuls, Nulle Part Ailleurs, La Cité De La Peur...) ainsi qu’une parodie en arabe du tube “C’Est La Ouate” de Caroline Loeb intitulée “C’Est Le Kawa”. Blague à part, on peut également apercevoir son goût pour les musiques orientales sur son unique album personnel “Rive Gauche”, sorti en 1983.

Hamidou
En 1984, ce chanteur de variétés algérien sort sur cassette un morceau très singulier dans sa discographie, écrit par un arrangeur de musique de film : Farid Belkhirat. Imaginé dans l’esprit de “Chacun Fait C’Qui Lui Plaît” de Chagrin d’Amour, le titre est mis en clip l’année suivante par l’unique chaîne de télévision d’Algérie, la RTA. A cette époque, le pays est encore très conservateur et cette vidéo est avant tout pensée pour détourner la jeunesse des musiques trop subversives comme le raï. Après ce succès éphémère et un tube de l’été diffusé par TF1 en 1998 (“Yakalelo”, plus d’1 million d’exemplaires vendus), Hamidou continue de nos jours la musique en animant les mariages de sa région.


Alec Mansion
Avant de fouler le plateau du top 50 au sein du groupe-fratrie Leopold Nord & Vous avec “C’est l’Amour”, le belge Alec Mansion a eu une autre vie. Entre 1982 et 1983, il compose deux albums électroniques aux côtés de deux des membres du groupe Telex. Avec ses accords à la Chic et ses paroles écrites par Marc Moulin, “Trop Triste” a été réalisé entre Liège et Montréal. Si le résultat de cette collaboration n’a jamais connu de succès commercial, les disques issus de cette période restent très recherchés par les connaisseurs.

JOEL FERRATI
Avant de réaliser le documentaire “Des Jeunes Gens Mödernes” en 2011, Jérôme de Missolz (actif depuis 1976) imagine en 1988 un court métrage à la forme inédite, entre fiction et témoignage unique sur l’underground parisien des années 80. Durant les 20 minutes de Fury Rock, on croise aussi bien la célèbre bande antifa des Ducky Boys que Joël Ferrati, futur membre du groupe Timide Et Sans Complexe dès 1990. Composé par ses soins, “Pourquoi Tant De Haine ?” clôture le film comme cette compilation. Par son titre, ce morceau prémonitoire semble déjà questionner les changements à venir dans le ton du rap français...

/////////////////////////////////////////////////////////////////////
General introduction

“Réussir sa vie c'est croire en l'instant où tout est magie, où tu es géant, réussir sa vie c'est traverser un océan sans savoir pourquoi ni pour qui, à l'aventure, tout simplement” Bernard Tapie

The French in the 80s were not faint-hearted: as some threw themselves heart and soul into music or business, others wouldn’t mind going bottomless to get themselves noticed… While Bernard Tapie soon realized his own fortune was rather to be found in business, many music-loving dreamers already imagined themselves in the sun, in an enchanting world made of funky rhythms and synthesizers.

While the French National Front was growing in the shadow of François Mitterrand, these guys mixed New York-style funk with electronic, Eastern or African sounds. These musicians from all backgrounds – often lovers of “gentle pranking” as introduced by the newly-licensed independent radio stations – were seeking the easy money they were told about so much. With their genre-crossing arrangements and often chanted lyrics, they brought honor to the “SOS Racisme” generation, unconsciously outlining the nascent French contemporary urban culture.
It must be said, the time was conducive to all kinds of mixes: following the left’s accession to power, many illegal immigrants had just been sorted out, and Southern cultures were in vogue in all fields. The French, while admiring Grace Jones’ “savage beauty” in Jean-Paul Goude’s advertisements, were enjoying their freshly-gained fifth week of paid vacation, tanning on the beaches of Maghreb. Following The Clash’s example, punks and rockers converted to reggae, and the new independent radios opened up their programming to “world music”. Even politicians – of all persuasions – frequented the select Parisian nightclub Keur Samba to discreetly scheme with the future of “Françafrique” to the sound of disco and exotic hits…
At the other end of the pyramid, the successive waves of immigration enriched France in a much better way. With the rise of “Youth and Culture Centers”, the practice of musical instruments became affordable for those of humble background, allowing for new bands to appear. For these often France-born, albeit rootless music lovers, such a means of expression sounded like a opportunity to fit in while asserting their cultural heritage. Those who sought them out discovered an astounding oasis of new influences likely to appeal to a wider audience.
Caught between the spirit of Gallic bawdiness and their own community hopes, the musicians from this singular scene probably didn’t succeed in life the way Bernard Tapie meant it. But their explorations left no room for doubt: by facilitating the rise of a new hybrid culture about to give birth, among others, to French hip-hop, those little-known artists indeed were off on an adventure, quite simply.

Sun, Sun

Since the 60s, numerous venues destined for the North-African community had appeared all over France. In those bars and nightclubs – often seen by elders as dens of iniquity – Eastern 45s were broadcast as well as local productions combining Raï, Frenchy funk or proto-hip-hop. Thanks to the cassette tape medium, new songs kept circulating between Paris, Lille, Strasbourg, Marseilles and many other urban areas – mainly among the working class. The artists appearing on these compilations progressively shaped a new style, blending sounds from their original cultures and sounds from their adopted country.
A real hub for such multi-cultural productions, the city of Lyons was home to many labels, such as l’Étoile Verte, Mosquito, SEDICAV, Mérabet, Bouarfa or El Bahia. Little by little, this particularly prolific scene reached a new audience: Nordine Staifi or Shams Dinn won fame on vinyl, Carte de Séjour got John Peel’s attention… The latter – an Arabic rock band led by Rachid Taha – even became infatuated with Charles Trenet’s Douce France. Their cover, tinged with an Eastern feel and hint of irony, was stupidly censored in France at the time.
Elsewhere, however, hands of friendship were extended between new-comers and “true” French people. In Rouen, Bernard Guégan, a sociocultural worker in a center for occupational integration, initiated girls of North African descent into rap for a contest launched by a magazine. Noticed through Vally from the famous duo Chagrin d’Amour, the resulting group was put on tape by producer Slim Pezin under the name of Ettica. But the – limited – media attention was no use: this single, too cosmopolitan, failed to benefit from an expected social mobility that would have allowed the four teenagers to get themselves out of the ghetto… This song, mixing French and Arabic on a single synthetic melody, touchingly reminds of the beginnings of French hip-hop, far from the misogyny and violence that sometimes represent it today.



Radio, I love you

With the rise of independent radios, recently licensed by François Mitterrand’s government, the airwaves reflected more than ever the diversity of musics in France. Some then-unknown African or overseas genres were given a place on Radio Nova’s Sonomundial show. Carbone 14’s host Phil Barney tried his hand at spoken word between American-funk songs, and the latest hits from Maghreb delighted Radio Beur’s listeners. Numerous contests also helped promote new starlets such as Marie José Fa or Ettica, while some more obscure stations broadcast loads of self-produced artists (Creole Star, Manu…) to a circle of insiders.
Of course, such a vivid emulation was also noticed by music business professionals of the time, who started spicing anything up with a touch of exoticism to boost sales. Some seasoned veterans of groove also stepped onto this path with some nice period productions for themselves or for others.

Slim Pezin (Ettika)
Already renown in the disco-funk niche thanks to records by Arpadys or Voyage (as a member of the latter), Slim Pezin was a major arranger for the Parisian Who’s Who in the 70s and 80s (Claude François, Mylène Farmer, Johnny Hallyday…). Besides, he created a lot of sound design for such labels as Telemusic or CBS. This experienced session musician, married to a Cameroonian woman and friends with Manu Dibongo and Bernard Estardy, had a taste for groove and Afro sounds. In the early 80s, he launched the band Kassav’s career and produced songs, among others, for Chagrin d’Amour and Ettika.

Sammy Massamba
A real icon of Congolese music, Sammy Massamba started his career in the 60s as a member of the Protestant singing group Les Cheveux Crépus. After being initiated into guitar playing, this jack-of-all-trades soon incorporated rumba, afro-funk or even disco influences to his compositions. Much demanded in Parisian studios during the 70s thanks to his quality guitar playing, he is responsible for several Afro hits, the most famous of which being “Propriété Privée”.

JM Black
With an uncle running a radio station and a cousin who was an exceptional bass player (Vicky Edimo), this Cameroonian from Douala had been immersed in music since his earliest childhood. Settling in France in the early 80s to study, he earned his stripes in the band Overdrive along with the Accardo brothers. Their productions sounded so New Yorkish they were nicknamed the “Little Americans”; they released a first, funky 45 and toured through France before splitting and moving on to new adventures. Launched in 1984, while break dancing was already the new fashion, JM Black’s colorful “Lipstick”, unfortunately went unnoticed… until today!

Marc Moulin (Alec Mansion)
A discreet jazz musician and a political commentator on TV, Marc Moulin was mostly known for being one of the clowning musicians in Telex. As soon as 1978, this Belgian joke of a band composed such precursory synthetic disco that it made it last at the 1980 Eurovision Song Contest. As a token of quality, many stars such as Lio, Alain Chamfort or Alec Mansion then sought Marc’s talent for production to create a bunch of hits (“Les Brunes Comptent Pas Pour Des Prunes”, “Trop Triste”…).

Philippe Chany
In 1981, along with Phil Krootchey and Fred Versailles, the young Philippe Chany founded an electronic funk band called Love International, one of the voices of which was his longtime high-school friend Alain Chabat. Sharing a taste for schoolkid pranks with the famous French humorist, he then created a number of sound designs and jingles for the Canal+ group (Les Nuls, Nulle Part Ailleurs, La Cité De La Peur…) as well as an Arabic parody of Caroline Loeb’s hit “C’Est La Ouate” under the title “C’Est Le Kawa”. Joking aside, his taste for Eastern musics can also be witnessed on “Rive Gauche”, his only personal album released in 1983.

credits

released April 12, 2018

license

all rights reserved

tags

about

Born Bad Records Romainville, France

contact / help

Contact Born Bad Records

Streaming and
Download help

Shipping and returns

Redeem code